Vous êtes ici : Accueil > Pédagogie > Analyse de pratiques et productions au lycée. > Archives. > Stage Philo-SVT. > Trois réflexions sur le temps.

Documents joints

Par : Pôle SVT
Publié : 4 mai 2012

Trois réflexions sur le temps.

Trois réflexions sur le temps

En tant que professeurs de sciences de la vie et de la Terre, qu’est-ce que le temps pour nous ?

Avant de livrer ces trois réflexions, un préambule pour dire qui parle et pour qui.

La démarche de raisonnement utilisée dans nos sciences a quelques particularités. Nous étudions la nature (nous sommes des professeurs de « sciences naturelles »), notre propos est d’expliquer les objets naturels, qu’ils soient biologiques ou géologiques. Nous nous confrontons donc au monde réel (notons que, en tant que scientifiques, nous adoptons une méthodologie matérialiste) ; or ce monde est tellement « grand », les informations qui pourraient le définir sont tellement innombrables (infinies ?) que nous ne pouvons expliquer ce monde que par des théories hypothétiques. La méthode est donc celle des sciences expérimentales. OHERIC avions nous adopté dans les années 1980 : Observation, Hypothèse, Expérience, Résultats, Interprétation, Conclusion, sigle, inventé par André Giordan1, influencé par une théorisation de la méthode expérimentale de Claude Bernard 2 qui disait en 1865 « Le savant complet est celui qui embrasse à la fois la théorie et la pratique expérimentale. 1° il constate un fait ; 2° à propos de ce fait, une idée naît dans son esprit ; 3° en vue de cette idée, il raisonne, institue une expérience, en imagine et en réalise les conditions matérielles. 4° de cette expérience résultent de nouveaux phénomènes qu’il faut observer, et ainsi de suite. » On sait qu’en réalité les erreurs, les tâtonnements donnent au raisonnement un aspect moins linéaire. Il n’en reste pas moins vrai que dans nos sciences de la nature, les chercheurs sont des enquêteurs qui, à partir d’une problématique, élaborent des hypothèses et cherchent à les vérifier par des observations et des expériences (qui ne sont que des observations dirigées). Nous essayons de reproduire au plus près ce type de raisonnement en adoptant une démarche d’investigation avec nos élèves. La connaissance à laquelle nous arrivons est une théorie explicative qui est remise en question en fonction de nouvelles observations. Une théorie peut être remise en question par de nouvelles idées, par un nouveau raisonnement, mais ces idées ne seront adoptées par la communauté scientifique que si elles sont validées par des observations. Nous sommes continuellement à la recherche d’une vérité inatteignable. Notre compréhension du monde n’est pas inscrite quelque part, ce n’est pas une vérité intangible à découvrir mais c’est une construction permanente (qui évolue donc, elle aussi !) au fur et à mesure des observations que nous faisons. A la question qu’est-ce que le temps, nous ne pouvons donc fournir que quelques idées étayées par des observations.
Ce texte est produit dans le cadre d’un stage réunissant professeurs de philosophie et de SVT, il est écrit par un professeur de SVT qui veut partager ses réflexions avec des professeurs d’autres disciplines : philosophie ou autres.